Réalisés par le personnel de la carrière et supervisés par le syndicat, les travaux ont consisté à supprimer l’ensemble des buses, dont une partie était effondrée, et de les remplacer par un radier de pierres. La circulation des poissons et le transport sédimentaire qui étaient réduits à néant, excepté lors des épisodes de crue, ont été rétablis.

Après la création d’un seuil provisoire en amont de la zone à aménager pour conserver la ligne d’eau amont, la suppression des buses a débuté. Une fois la totalité de l’obstacle démantelée, le lit du cours d’eau a été rechargé en cailloux afin de créer un radier. Celui-ci prend une forme de « U » afin de limiter l’étalement de la lame d’eau en période d’étiage et de favoriser un bon écoulement en hautes eaux. Une grande partie de l’apport minéral est constituée de pierres des champs alentours, qui sont stockées au fur et à mesure par les agriculteurs. Seule la finalisation du radier a nécessité des pierres d’une granulométrie plus fine, deux chargements provenant de la carrière. A la fin de l’aménagement, le seuil provisoire placé en amont a été enlevé.

Les travaux se sont déroulés sur une journée, tout s’est passé comme prévu. Il ne reste plus qu’à attendre la re-végétalisation naturelle des berges.

Dès la fin des opérations, des poissons (vairons) étaient observés dans l’aménagement pour notre plus grande joie… et la leur ! Ils mettent ainsi en évidence la rapide efficacité de la réouverture du milieu.

A suivre...